Planète qui se réchauffe, quid du vin ?

Il y a les alarmistes et les optimistes... la vérité se trouve sans doute entre les deux... Et surtout pas entre les mains de politicards...

Depuis quelques années, l’impact du réchauffement climatique se fait de plus en plus ressentir dans le monde viticole. La vigne nécessite, comme toutes les plantes, différents éléments incontournables pour vivre tels que la lumière, l’eau, des éléments nutritifs mais aussi une température convenable. Cette dernière est véritablement déterminante, en effet durant l’hiver la plante dispose de tous les éléments sauf d’une température convenable, c’est pour cette raison  qu’elle est plongée dans un profond sommeil qui ne trouvera sa fin qu’au printemps avec l’élévation de la température.
En trente ans, les vendanges ont été avancées de deux à trois semaines selon les régions. La précocité des raisins n’est pas sans effet sur la qualité des raisins. Les scientifiques observent des raisins plus sucrés, moins acides. On obtient donc un  vin plus alcoolisé avec des arômes différents. Une vigne qui doit supporter plus de chaleur et des périodes de sécheresse. Qui fleurit plus vite, murit plus tôt. Mais l’un des aspects négatif est un vignoble plus exposé  à de nouveaux ravageurs et maladies. Une chose est sûre dans les années à venir, le climat sera plus variable et extrême. La quantité de vin produite dans le monde a baissé de 16 millions d’hectolitres l’an dernier, pour atteindre le niveau le plus faible depuis 1998.
Le réchauffement réforme la carte des vins
D’après une analyse de Joël Rochard, de l’Institut Français de la Vigne et du Vin, une hausse de 1 degré des températures correspond à un déplacement de près de 160 km vers le Nord. le GIEC (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) a envisagé plusieurs scénarios et selon ces derniers, les conséquences seront différentes. « Une hausse de 1 degré nécessiterait des adaptations culturales qui devraient permettre de maintenir l’intégrité des terroirs et des cépages.
Au niveau mondial
Au regard des niveaux actuels d’émissions, nous sommes actuellement sur la voie d’une augmentation des températures de 4, voire 6°C d’ici à 2100. Un tel scénario entraînerait une disparition d’une grande partie des vignobles (comme les vignobles méditerranéens).
  Au niveau Français
Si rien n’est fait aujourd’hui, il y a de grandes chances pour que le réchauffement en France atteigne 6°C à la fin du siècle. Les changements climatiques auront alors des répercussions importantes sur le secteur viticole français qui sera confronté à une remise en cause.
Dans un futur proche que se passera-t-il? 2050 sera-t-il un bon millésime? Impossible à dire aujourd’hui, mais une chose est sûre: selon les projections du climatologue américain Lee Hannah, à cette date, le réchauffement climatique aura bouleversé la carte du monde des vins. Publiée lundi 7 avril dans la revue américaine Proceedings of the National Academy of Science, son étude annonce la mort d’une partie du vignoble français.
...
Article extrait du site; Anova-plus.com
Pourtant il faut relativiser...

----- --------

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Idées reçues et vérités mal connues

Quelques considération sur la bière !

Neruda